ResponseSource a rejoint l’entreprise Access Intelligence Plc

Ce mois-ci nous avons une grande nouvelle à vous annoncer puisque ResponseSource a rejoint l’entreprise Access Intelligence Plc qui est la société mère du fournisseur de logiciel de communication Vuelio.

Combiner nos forces va nous permettre de construire un service encore plus efficace et performant pour vous et le futur monde de la communication. Vous pouvez obtenir plus d’information en vous rendant sur notre site.

 

Entretien avec Isabelle Brigout, journaliste et créatrice du blog Mademoiselle B : « Le luxe associé au développement durable est une lame de fond ».

Designer et styliste de formation, Isabelle exerce aujourd’hui comme journaliste après avoir été directrice artistique pendant vingt ans. Elle aime l’esthétique, la singularité, l’exigence et l’excellence, qui définissent le luxe. Elle aime le beau, l’unique, l’extraordinaire et la magie de  la nature.

C’est donc naturellement qu’elle a rassemblé ses deux grands intérêts dans un blog. La charte graphique a d’ailleurs été imaginée sur le thème des quatre éléments : l’air vibre dans le titre, les courbes de niveaux servent de fond au menu pour symboliser la terre, les lettres qui s’allument en rouge figurent le feu et l’eau est représentée par des lignes qui ondulent en bas de page.

Pourquoi avoir un blog sur le luxe durable ?

Le luxe associé au développement durable est une lame de fond. Dès 1987, Chanel a passé un accord de commerce équitable avec la famille Mul à Pégomas pour préserver la culture du jasmin ; après avoir accompagné des mines vers l’obtention de la certification Fairmined en Amérique du Sud, Chopard n’utilise désormais que de l’or équitable pour ses nouvelles créations depuis juillet 2018 ; et Porsche commence en septembre, la fabrication de son modèle 100% électrique, qui passe de 0 à 220km/h en 12 secondes et qui n’a rien à envier à ses aînées. Cela fait longtemps que plusieurs maisons de luxe ont amorcé le virage et qu’elles se sont discrètement engagées, mais elles ne communiquent pas dessus. En Savoir Plus

Pourquoi intégrer un collectif de journalistes

Les collectifs de journalistes existent depuis de nombreuses années. Pourtant ils n’ont jamais été aussi nombreux et aussi importants qu’aujourd’hui. Au cours de cette décennie, la profession de journaliste s’est précarisée et le nombre de pigistes a augmenté. Les chiffres de la CCIJP montrent bien cette tendance : 28% des cartes de presse ont été attribuées aux journalistes pigistes en 2017, contre 20% il y a dix ans.

Les collectifs une entraide entre confrères

Certains collectifs regroupent des journalistes d’un même lieu géographique ou d’un même secteur d’expertise, d’autres, au contraire, recherchent des profils complémentaires. Tous s’accordent pourtant sur un point : intégrer un collectif permet aux pigistes de rompre l’isolement professionnel propre à leur métier et à s’entraider.

Pour le collectif Les Journalopes il s’agit de « se serrer les coudes» : « La solitude et la situation précaire du freelance n’est pas facile. Du coup, on s’est réunies en collectif pour avoir des moyens communs – un bureau, des contacts, de l’entraide entre nous ». En Savoir Plus

Medialab SpeedTraining : le rdv des professionnels de la com et des médias nantais

L’événement Medialab SpeedTraining est de retour mardi 18 septembre avec un programme chargé en tutos, en démos et en retours d’expérience sur les contenus numériques.

La journée, organisée depuis 5 ans par le cluster nantais Ouest Médialab sur leur Mediacampus, rassemble chaque année environ 400 professionnels de la communication et des médias.

Pour en savoir plus et consulter le programme complet rendez-vous sur leur site Medialab SpeedTraining.

 

Entretien avec Elisabeth Guignaud-Le Berre : Le quotidien d’une pigiste

Elisabeth Guignaud-Le Berre est une passionnée d’histoire, de littérature et de photographie au parcours atypique. Née dans un magasin de télévision, cette journaliste était prédestinée à travailler dans le monde des médias. Pour nous elle a accépté de se livrer au jeu des questions réponses sur sa vie de pigiste. 

Quelle est la journée type d’une pigiste?

Je me réveille tôt. A 6h30, je suis en général devant mon ordinateur. Je regarde les réseaux  sociaux professionnels comme LinkedIn ou Facebook (réseau constitué pour moitié de contacts professionnels), lis quelques articles de médias en ligne ou ceux postés par mes amis personnels ou contacts professionnels sur les réseaux. Articles économiques ou sur la Turquie, l’Afrique, l’art ou la littérature … J’écris ou relis des articles commandés, vérifie mes photos. Vers 9h, je passe en alternance avec mon travail d’écriture et de relecture mes coups de fil professionnels.Vers 11h ou 12h, je file en bus prendre un café à Bordeaux (je réside dans une ville de la Communauté urbaine) tout en épluchant différents quotidiens (trois souvent) C’est l’heure de ma revue de presse. Un changement d’activité qui équilibre mon travail et « aère mes neurones ». Une pause salutaire qui active mes capacités. Il m’arrive aussi de croiser des personnes que je connais qui s’intéressent à mes activités ou d’en connaître de nouvelles. Je déjeune sur le pouce ensuite avant de revenir en début d’après-midi me replonger dans mon travail de rédactrice que j’interromps pour le diner. Après je regarde des documentaires et me détends. Je publie aussi sur les réseaux des articles repérés et lus auparavant …

Comment sélectionnez-vous vos ses sujets?

Je réponds à des commandes et dans ce cas je ne choisis pas mes sujets. Parfois, cela recoupe mes centres d’intérêt. Par exemple une page historique ou le portrait d’une gabière, embarquée sur un vieux gréement. L’univers des femmes marins m’intéresse en ce moment. Je rédige et je prends aussi des photos pour certaines commandes, réalise et monte quelques vidéos sur mon smartphone (portraits d’entrepreneurs)… En Savoir Plus

« Taste of France » le nouveau magazine anglais dédié à la gastronomie française

Nous commençons la rentrée en vous présentant la naissance d’un nouveau magazine anglais dédié à la cuisine française dans tout son art et son raffinement du nom de “ Taste of France ». 

Qu’est-ce que ce nouveau magazine?

Taste of France est un magazine qui sortira son premier numéro à la fin du mois d’octobre et qui sera dédié entièrement à la cuisine française et à ses vins. Les pages sont très colorées et invitent les lecteurs à un tour de France de la gastronomie.  Les rédacteurs partent à la découverte de toutes sortes de marchés, de festivals et de spécialités régionales. Le magazine comprend aussi un supplément gratuit qui présente les grands chefs tel que Michel Roux, Clotilde Dusoulier et James Martin. Rien de mieux pour vous ouvrir l’appétit et donner aux lecteurs de l’inspiration afin  d’essayer leurs nouvelles recettes à la maison !

Qui a créé ce magazine et pourquoi ?

La rédaction du magazine France Today  est passionné par la gastronomie française. Leur équipe de fins gourmets a passé plusieurs mois à voyager en France afin de  tester de nouveaux mets  et à les noter.  Ceci a permis de créer  Taste of France , cette excitante bible pour gastronomes.

Les 48H de la Pige : interview d’Amélia Blanchot, membre du comité organisateur

Amélia Blanchot est journaliste pigiste par choix. Elle écrit pour les magazines et suppléments de la presse quotidienne régionale ainsi que pour la presse magazine nationale sur les problématiques sociales, les initiatives solidaires et la protection de l’environnement.

En tant que membre de Profession Pigiste, Amélia fait partie du comité organisateur des 48 h de la pige, et répond à quelques questions sur cet événement qui aura lieu le 28 et 29 juin à Bordeaux. En Savoir Plus

Cinq façons d’énerver un journaliste

David Sykes est un ancien journaliste qui travaille aujourd’hui pour l’agence Carrington Communication. Il a donc connu ces deux professions qui intéragissent l’une avec l’autre quotidiennement et a accepté de nous livrer par écrit les cinq façons d’énerver un journaliste. 

Avant de travailler dans une agence de relations publiques, j’ai été journaliste pendant cinq ans dans des salles de rédactions. Quand j’étais journaliste,  je travaillais avec des personnes qui faisaient exactement ce que je fais actuellement, mais mes expériences n’ont pas toujours été positives. Il est vrai que comme beaucoup de journalistes j’étais souvent grossier avec les RP  qui ne cessaient de m’appeler pour me vendre leurs histoires sans intérêt. En Savoir Plus

Interview d’Anne Eveillard : « 1 Epok formidable vise un public qui aime prendre du recul sur des thèmes de société ».

Anne Eveillard est une passionnée d’écriture et avant de créer 1 Epok fomidable, la journaliste a travaillé 15 ans dans la presse médicale, puis pour des magazines tels L’Officiel Voyage, Psychologies, L’Hôtellerie-Restauration, Saveurs. Parallèlement, de 2008 à 2015, elle a collaboré aux titres du pôle lifestyle du groupe Express-Roularta : Maison Française, Maison magazine, Côté Paris, Décoration Internationale, L’Express Styles. Anne est également auteur d’une vingtaine de livres (guides pratiques, romans et documents). Cette mordue d’écriture a notamment assuré la direction éditoriale du best-seller du Dr Véronique Vasseur, Médecin-chef à la prison de la Santé, paru en 2000 aux éditions du Cherche Midi. Anne intervient aussi régulièrement sur des thématiques liées à la communication, auprès d’étudiants des université de Nanterre et Angers. A travers cette interview la fondatrice d' »1 Epok formidable » nous raconte son tout nouveau projet éditorial.

Quel est ce nouveau projet ? Quelle en est la cible ?

Ce nouveau projet est l’adaptation papier du webzine 1Epok formidable, que j’ai créé en 2008. Cette nouvelle revue, destinée à sortir deux fois par an en librairie, vise un public qui aime prendre du recul sur des thèmes de société, mais aussi sur ce et ceux qui nous entourent.

En Savoir Plus