Alexis Surre : « Les relations presse c’est avant tout de l’humain ».

Alexis Surre est fondateur et dirigeant de l’agence The French Publicist : Conseil en RP 2.0, Celebrity & Influence Marketing. Nous l’avons rencontré pour qu’il nous parle de ses projets et de sa vision des relations entre journalistes et RP. En vingt ans les évolutions dans le monde des RP comme dans celui du journalisme ont été considerables et le metier d’attaché de presse a du s’adapter et se plier au paysage médiatique changeant.

Bonjour Alexis, peux-tu nous parler de ton métier ?

Je suis chargé de relations publics 2.0 spécialisé dans le marketing d’influence et le celebrity marketing. Mon métier consiste à développer la notoriété d’une marque ou d’une entreprise par le biais de la presse, des médias, des réseaux sociaux et de tous type de NTIC. Nous collaborons avec de nombreux profils différents (journalistes, influenceurs, leaders d’opinion, personnalités, etc). Plus concrètement, notre mission consiste à réfléchir à une stratégie de com/RP, de préparer le fond et la forme d’une information, de l’adapter et de la diffuser sur les différents canaux de communication existants. Le métier fait appel à des compétences très variées et complémentaires de responsable de communication 360, d’attaché de presse, de conseiller en image, de social media manager voire même de digital evangelist (parce que nous nous devons d’être toujours au courant des nouvelles plateformes digitales et sociales).

 Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?

Nous travaillons aujourd’hui sur plusieurs projets dont les principaux sont le lancement presse de la réédition de l’eau de Cologne Napoléon 1er, le déploiement de la campagne de marketing d’influence sur Facebook et Instagram du n°1 du sans gluten: la marque Schär et la gestion des relations publics et VIP de la marque Barbara Rihl. Parallèlement nous conseillons et accompagnons certaines personnalités pour gérer leur image et les associer à des marques.

 Qu’est-ce que tu trouves le plus challenging dans ton travail ?

Probablement comme tout entrepreneur, la recherche de nouveaux clients. En tant qu’attaché de presse/publiciste, je dirais la prise de contact avec des nouveaux journalistes. Le 1er pitch d’un nouveau prospect est aussi assez challenging (le trac n’existe pas qu’au théâtre). Trouver des nouvelles idées créatives et originales nécessitent un brainstorming et de la réflexion, un vrai challenge mais c’est passionnant.

Comment vois-tu la relation entre les journalistes et les RP aujourd’hui ?

La consommation de l’information a beaucoup changé ces vingt dernières années avec l’arrivée d’internet. L’arrivée des NTIC et des réseaux sociaux ont donné naissance à de nombreux nouveaux profils de diffuseurs d’informations dont notamment les influenceurs. Tout compte social publique devient medium à part entière et cela multiplie les canaux de distribution de l’information. Les journalistes ne sont donc plus les seuls à pouvoir rédiger et diffuser une information. En revanche, la relation humaine n’a quant à elle, pas changé. Les relations presse c’est avant tout de l’humain puisqu’un échange est indispensable à toute communication et transmission d’une information. Certains journalistes reçoivent énormément de communiqués au quotidien, il faut éduquer les communicants, ils doivent adapter leurs messages et bien cibler les journalistes choisis en fonction du sujet. L’outil Responsesource répond justement totalement à cette problématique.

Si tu développais ton activité à l’international, dans quelle ville t’implanterais-tu en premier et pourquoi ?

Probablement dans les grandes capitales du monde. On y trouve les grands annonceurs et les marques. Les activités marketing/com des entreprises y sont aussi souvent pilotées. Donc après Paris, nous irions très certainement nous implanter à New-York, puis à Pékin.