J-M Seigneur, expert en e-réputation:  » les journalistes doivent avoir la même déontologie sur les réseaux sociaux que dans la vie réelle ».

Jean-Marc Seigneur est un expert mondialement reconnu en audit, veille et gestion d’e-réputation. Parallèlement il enseigne dans plusieurs masters en Suisse et en France et nous donne son avis, ses conseils sur la gestion de sa réputation en ligne quand on est journaliste.

Jean-Marc Seigneur qui êtes-vous ?

J’ai terminé ma thèse sur l’un des premiers modèles de confiance et de réputation informatique en 2005 avant que l’e-réputation ne soit connue. Depuis, j’ai écrit plus d’une centaine d’articles scientifiques sur le sujet dans le monde. En parallèle de mon activité de recherche et d’enseignement principalement à l’Université de Genève, je conseille les entreprises, politiques et territoires sur leur réputation en ligne avec ma startup Réputaction qui réalise des audits d’e-réputation et innove dans le domaine.

Selon vous comment un journaliste doit-il gérer sa réputation en ligne?

Les lecteurs en général font plus confiance au titre du journal qu’au journaliste qui écrit l’article. Cependant, à mon avis, un journaliste pourrait se démarquer en gérant mieux sa réputation en ligne. Par exemple, en étant proactif, le journaliste pourrait avoir un site Web blog qui liste tous les articles qu’il a écrit ainsi que les grands moments de sa carrière professionnelle et d’autres sujets traités plus en profondeur. Il pourrait aussi mettre en place des relais automatiques de ses articles sur les réseaux sociaux principaux afin d’augmenter son influence. Pour surveiller son influence, il pourrait créer un compte Klout et le connecter à ses réseaux sociaux.

Quelle doit-être la déontologie des journalistes sur les réseaux sociaux?

A mon avis les journalistes doivent avoir la même déontologie sur les réseaux sociaux que dans la vie réelle.

Comment gérer une image neutre sur les réseaux sociaux alors que tout le monde expose ses opinions en likant?

Plutôt que de liker, un commentaire peut être ajouté avec le lien vers un article écrit par le journaliste sur tel ou tel journal voir sur son site Web blog comme proposé précédemment.

Pourriez-vous nous dire comment mesurer la force d’un tweet par exemple ?

Différents calculs permettent d’évaluer l’influence d’un tweet. Klout par exemple tient compte non seulement du nombre de followers de l’auteur, de retweets, de j’aime mais aussi du Klout des follower et de ceux qui aiment ou retweetent.

Pour finir que pensez-vous de la façon dont les journalistes français ont géré la campagne présidentielle ?

C’est une question trop large pour que je fasse une réponse objective sans plus de recherche. Subjectivement, le phénomène d’amplification sans garde-fou des réseaux sociaux n’est pas bon pour la démocratie. C’est pourquoi par exemple même Facebook a décidé de travailler sur la question des fake news. Facebook aurait pu depuis bien longtemps mettre en place des algorithmes de confiance dans les news résistants aux attaques mais il n’a jamais voulu investir dans ces protections. Mon entreprise Réputaction innove justement dans ces protections, faut-il encore qu’après un budget soit dédié à ces protections. Facebook essaie aussi d’impliquer les journalistes dans ce tri des fake news et ils devraient demander à être rémunérés pour ce travail.