Journaliste : un métier en désillusion mais qui attire toujours

La Commission de la Carte d’Identité des Journalistes Professionnels vient de publier les statistiques de l’année 2018. Le nombre de demandes de cartes de presse reste un bon indicateur de l’état de la profession.

Une profession qui se renouvelle

Alors que le nombre de cartes de presse attribuées en 2018 reste quasiment stable (35 297 pour 35 066 en 2017), le nombre de premières demandes fait un bond de 6%. La CCIJP note d’ailleurs que cette hausse, qui a débuté en 2017, est en contraste avec la tendance en baisse des 10 dernières années.

Une bonne nouvelle donc, la profession continue d’attirer de plus en plus de nouveaux entrants.

Il est toutefois important de souligner que, si le nombre de journalistes titulaires d’une carte de presse reste le même, tout nouvel entrant dans la profession remplace un journaliste sortant. Les départs à la retraite ne peuvent pas à eux seuls expliquer ce phénomène : l’âge moyen des journalistes n’a augmenté que de 0.3% en un an.

Qu’est-ce qui pousse donc les journalistes à quitter la profession ? Un métier trop précaire, pas assez rémunéré, ou avec peu d’opportunité de progression professionnelle ?

 

Un désenchantement des journalistes pour leur métier

L’enquête réalisée par l’agence ComCorp auprès de 550 journalistes en février 2019 décrit une réalité du métier peu flatteuse. Une grande majorité des journalistes (70% des répondants) déplorent des conditions de travail qui se dégradent.

Plusieurs causes sont citées : le manque de temps, de moyen ou d’effectifs, la rémunération ou encore la précarité.

La précarité de la profession est un fait marquant depuis maintenant de nombreuses années. En 2018, seulement 30% des premières demandes ont été attribuées à des journalistes en CDI contre 60% dix ans plus tôt.

La rémunération est aussi un facteur de mécontentement. Alors que le SMIC augmente de 13% entre 2008 et 2018, le salaire moyen du journaliste en contrat indéterminé n’a augmenté que de 5.6% depuis 2008. Celui du journaliste en CDD a quant à lui baissé de 10,9% sur la même période.

Tous ces facteurs, ainsi qu’une insatisfaction des perspectives professionnelles (70% des répondants la ressent) participent au désenchantement de la profession. Sans surprise la moitié des journalistes interrogés par l’agence ComCorp envisage ainsi de se réorienter complètement dans un futur proche.

 

Sources :

CCIJP Statistiques : cartes de presse attribuées en 2018
ComCorp Etre journaliste en 2019