Journée mondiale de la liberté de la presse en quelques chiffres.

Chaque année, la Journée mondiale de la liberté de la presse célèbre et évalue la liberté de la presse à travers le monde. Il s’agit de défendre l’indépendance des médias et aussi de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu la vie dans l’exercice de leur profession.

Le 3 mai a été proclamé Journée mondiale de la liberté de la presse par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993 et elle permet d’informer les citoyens sur les atteintes portées à la liberté de la presse. Cette année la célébration principale de la Journée mondiale de la liberté de la presse a eu lieu à Addis-Abeba,  en Ethiopie du 2 au 3 mai.

Voici quelques chiffres concernant les atteintes portées à la liberté de la presse: (Source : https://rsf.org/fr/barometre)

En 2019, dix journalistes ont été tués ainsi qu’un journaliste citoyen et un collaborateur et 150 journalistes sont emprisonnés ainsi que 17 collaborateurs. Le nombre de pays considérés comme sûrs se réduit, tandis que les régimes autoritaires renforcent leur emprise sur les médias. Le Classement RSF, qui évalue chaque année la situation du journalisme dans 180 pays et territoires et voici leur analyse :

Au Classement 2019, la Norvège conserve pour la troisième année consécutive sa place de premier, tandis que la Finlande retrouve sa deuxième position, au détriment des Pays-Bas qui a perdu une place dans le classement car deux de ses reporters spécialistes du crime organisé sont contraints de vivre sous protection policière permanente. La recrudescence du cyberharcèlement a fait perdre une place à la Suède qui se retrouve au troisième rang. L’Ethiopie a quant à elle progressé de quarante places et la Gambie de trente. Les Etats-Unis (48e), où un climat toujours plus hostile s’est installé au-delà des propos de Donald Trump, perdent trois places en 2019. Jamais les journalistes américains n’avaient fait l’objet d’autant de menaces de mort. Ils n’avaient jamais non plus autant sollicité d’entreprises privées pour assurer leur sécurité. Cette année, c’est la zone Amérique du Nord et du Sud qui enregistre la plus grande dégradation de son score régional. L’Union européenne et les Balkans enregistrent la deuxième plus forte dégradation du Classement.