La face sombre du monde des médias sociaux.

En anglais il existe un terme pour qualifier le fait que des personnes utilisent le contenu que vous postez sur vos réseaux sociaux en le partageant dans des conversations privées : c’est le « Dark social ».

Google en donne une définition assez limpide en disant : « Dark social est un terme utilisé par les spécialistes du marketing et de l’optimisation des moteurs de recherche (SEO) pour décrire les références de sites Web qui sont difficiles à suivre. … Le trafic le plus souvent obscur est le résultat de personnes partageant des liens de site Web par courriel, des messages texte et des conversations privées ».

Quand les liens sont partagés à travers le système du “Dark social” vous perdez le contrôle et l’habilité à traquer la source de votre canal, elle devient invisible et semble venir directement du traffic. On parle de traffic direct quand quelqu’un tape directement le nom de votre site www.yoursite.com dans son navigateur ou l’enregistre dans ses favoris – Le Dark Social peut fausser ces données et vous faire penser que plus de gens choisissent activement d’enregistrer ou de taper votre adresse de site Web.

Vous pouvez parfois repérer le trafic de conversations privées sur vos rapports d’analyse. Ceci peut être fait en regardant l’URL de la page et en décidant s’il est probable que quelqu’un ait tapé le lien complet dans son navigateur. Bien sûr, cela n’élimine pas les pages signets et représente un nombre relativement faible d’utilisateurs.

Pourquoi de plus en plus de gens partagent-ils du contenu sur des plateformes privées?

La première raison est évidente, c’est pour préserver la vie privée. Le paysage en ligne devient de plus en plus ouvert et visible. Même avec des paramètres de confidentialité sur des plateformes comme Facebook, Twitter et LinkedIn, les gens se sentent encore mal à l’aise de savoir qui voit leur contenu.

La raison suivante est la sécurité. Suite du récent scandale des atteintes à la protection des données Facebook de Cambridge Analytica, les gens se méfient davantage de l’information qu’ils rendent disponible en ligne. L’application de messagerie Whatsapp offre la sécurité de limiter seulement à l’expéditeur et aux destinataires la vision du contenu, éliminant l’inquiétude des messages interceptés.

Beaucoup de gens veulent également partager du contenu avec des personnes qu’ils savent spécifiquement intéressés. Plutôt qu’un message de masse sur Facebook, les gens choisissent de partager avec de petits groupes ou des individus sur Whatsapp.

Mais il ne s’agit pas que du trafic caché et des conversations privées. De nombreux médias et entreprises ont commencé à adopter des canaux privés pour communiquer avec leur auditoire. L’utilisation des groupes WhatsApp pour les clients a vraiment changé la façon dont certaines agences de relations publiques travaillent avec les clients et elles ont presque éliminé les emails. C’est transparent et c’est la meilleure façon de garder tout le monde au courant, de prendre des décisions et d’établir des relations.

Whatsapp est donc lentement mais sûrement en train de devenir un canal de communication essentiel.

 

Retrouvez l’article original en Anglais sur le blog de ResponseSource UK